A VOS AGENDAS


Le Congrès des Pharmaciens à Lyon

9 et 10 octobre 2021

 

 

 

LE MOT DU PRÉSIDENT

Alain Guilleminot

Alain GUILLEMINOT

 

L'UTIP accompagne les officinaux pour les aider à délivrer des messages de prévention auprès des patients

 

La prévention est intimement liée au suivi et à l'accompagnement des patients. Nos cycles de formations sur le bilan partagé de médication comprennent des thèmes (tels que l'observance ou la iatrogénie) qui se prêtent tout particulièrement au déploiement de la prévention. Durant ces formations, nous apprenons au pharmacien à délivrer des messages clairs aux patients sur le suivi de leurs traitements. Quelques informations clés fournis par l'officinal lors des bilans de médication peuvent aider le patient à prévenir la iatrogénie médicamenteuse ou les problèmes d'observance.

 

L'entretien motivationnel est une démarche entreprise par le pharmacien pour amener le patient, de façon naturelle, à prendre les bonnes décisions concernant sa pathologie (par exemple : pour amener une personne asthmatique à arrêter de fumer). Plus le pharmacien se forme, plus il est à l'aise pour mener les entretiens motivationnels. Il acquiert ainsi les bons réflexes pour parler de prévention santé auprès de sa patientèle.


 

Vaccination contre la Covid-19 : pas de dose de rappel envisagée pour le moment en dehors des plus vulnérables et des plus âgés.

Il s’agit de la troisième dose, terme qui recouvre également la question d’un rappel pour ceux qui ont été vaccinés avec une dose unique de vaccin Janssen et ceux qui, ayant déjà contracté la Covid-19, n’ont eu besoin que d’une seule dose de vaccin. S’il paraît très probable qu’une injection de rappel procurera effectivement un effet boost (que ce soit avec le même vaccin, un vaccin faisant appel à une autre plateforme, voire un vaccin adapté aux variants préoccupants), il n’y a pas d’argument à ce jour pour recommander l’administration d’une dose de rappel au-delà des personnes déjà ciblées par les décisions gouvernementales (notamment les personnes qui ont été vaccinées en priorité dès les mois de janvier et février 2021 et qui représentent la population la plus vulnérable et la plus âgée), et ce, quels que soient les vaccins initiaux. Des études en cours permettront d’avoir des éléments plus précis sur ces points. La pertinence d’un rappel en population générale pourrait être établie si une diminution de la protection contre la Covid-19 dans le temps était mise en évidence sur la base d’échecs vaccinaux (dans la foulée de la deuxième dose) constatés en vie réelle (et pas seulement sur la base d’une baisse du taux d’anticorps) ou si un nouveau variant « résistant » aux vaccins actuellement disponibles émergeait sur le territoire.
A présent, il convient par contre de souligner et rappeler la nécessité de favoriser la primovaccination complète de la population. A suivre …

  Retour à l'accueil