A VOS AGENDAS


Nos e-soirées 2021

 

 

 

 

LE MOT DU PRÉSIDENT

Alain Guilleminot

Alain GUILLEMINOT

 

L'UTIP accompagne les officinaux pour les aider à délivrer des messages de prévention auprès des patients

 

La prévention est intimement liée au suivi et à l'accompagnement des patients. Nos cycles de formations sur le bilan partagé de médication comprennent des thèmes (tels que l'observance ou la iatrogénie) qui se prêtent tout particulièrement au déploiement de la prévention. Durant ces formations, nous apprenons au pharmacien à délivrer des messages clairs aux patients sur le suivi de leurs traitements. Quelques informations clés fournis par l'officinal lors des bilans de médication peuvent aider le patient à prévenir la iatrogénie médicamenteuse ou les problèmes d'observance.

 

L'entretien motivationnel est une démarche entreprise par le pharmacien pour amener le patient, de façon naturelle, à prendre les bonnes décisions concernant sa pathologie (par exemple : pour amener une personne asthmatique à arrêter de fumer). Plus le pharmacien se forme, plus il est à l'aise pour mener les entretiens motivationnels. Il acquiert ainsi les bons réflexes pour parler de prévention santé auprès de sa patientèle.


 

Prégabaline : médicament le plus détourné

Selon l’enquête OSIAP (Ordonnances suspectes indicateur d’abus possible) et d’après les remontés par les pharmaciens d’officine aux centres d’addictovigilance de 2 089 ordonnances suspectes, le médicament le plus détourné en 2019 est la prégabaline (Lyrica® et génériques). Avec un taux de déclaration qui a doublé depuis 2018 et multiplié par 14 entre 2016 et 2019, la prégabaline détrône ainsi la codéine, en tête des médicaments les plus détournés.
Les autres médicaments les plus détournés sont le paracétamol, le tramadol seul ou en association au paracétamol, puis la codéine associée au paracétamol.
Plus loin dans le classement (14e), la progression du fentanyl (sous sa forme transdermique et aux doses les plus élevées) attire l’attention puisqu’il a été cité deux fois plus qu’en 2018.

  Retour à l'accueil